Camille l’un des meilleurs apprentis de France, « 3 Médailles d’Or, Département 74 + Région Auvergne Rhône-Alpes et Nationale »


J'avais depuis longtemps pour projet de participer au concours "un des meilleurs apprentis de France" lorsque le moment se présenterait. 

C'est un concours national destiné aux apprentis en 2ème année de cap dans de nombreux métiers, dans mon cas j'ai concourus dans la catégorie serrurerie-métallerie.

Une pièce nous est imposée avec un barème de note ainsi que des contraintes techniques à respecter. Pour ma part, j'ai dû construire un coffre en acier avec un couvercle cintré de style ancien, deux poignées devait aussi être fabriquées selon mon design. Le concours se déroule sur mon temps libre.

J'ai tenu à participer à ce concours pour pouvoir prendre du recul sur mon travail comparé à d'autres jeunes du même niveau que moi. Mais aussi sortir de ma zone de confort en ayant une vision différente sur cette réalisation puisque le temps de fabrication n'était pas un facteur déterminant de ma note finale, et cela m'a donc permis de ne miser que sur la qualité de travail et la découverte de nouvelles techniques de fabrication. Dernièrement, les médailles pouvant être obtenues selon la note de l'œuvre sont une réelle reconnaissance puisqu'elle atteste du savoir-faire et de la motivation du jeune apprenti.

Il m'aura fallu environ 300 heures de labeur pour arriver au bout de la fabrication. Cet ouvrage comporte quelques particularités majeurs qui au premier abord ne sont que des détails. Les coupes et assemblages du coffre devaient êtres laissés intouchés de l'extérieur, cela signifie que j'avais la possibilité de souder les jonctions uniquement de l'intérieur, et par ce fait, les ajustages devaient être irréprochables pour ne pas laisser transparaître de jours. La tolérance des cotes était également un réel challenge pour un apprenti, seulement 0,5mm. Les cotes étant des éléments prédominants dans le barème, il était donc important de les respecter. 

 

Durant cette expérience j'ai eu la chance d'apprendre énormément. Mes bases dans le métier ont été approfondies et renforcées, et j'ai acquéris de nouvelles façons de travailler.

Cependant, le plus important selon moi n'est pas uniquement le savoir faire, mais le savoir être, l'un peut entraîner l'autre mais pas l'inverse, ce concours m'a inculqué une réelle philosophie. Je devais sans cesse me remettre en question pour atteindre le semblant d'excellence que je recherchais, et garder la tête froide à chaques fois qu'une étape était franchie, je suis tombé à de nombreuses reprises mais j'ai dû apprendre à me servir de ces échecs comme une leçon  pour en ressortir grandis. 

 

Le plus difficile pour moi à été le cintrage des cornières et fer tés du couvercle au tas creux et au maillet, c'est une étape technique qui conditionnait la réussite de l'ouvrage, j'ai du rattraper mes erreurs à de nombreuses reprises, ce fut une étape très chronophage. 

Mr. ANDRES Frédéric, mon Maître d'Apprentissage à était toujours présent au quotidien durant la réalisation de cette malle !

 

Pour la suite je souhaite continuer de m'améliorer, j'aimerais aussi par la suite passer le test du journeyman smith auprès de l'american bladesmith society, celui ci atteste d'un certain savoir faire dans mon autre passion : la coutellerie artisanale.

 

Je tiens désormais à dire aux jeunes hésitant à se lancer en apprentissage dans la profession qu'il s'agit d'un bon passeport pour son avenir, je n'étais pas attiré par les longues études, et à mes yeux l'école ne m'apportait pas de solutions concrètes. Grâce à l'apprentissage en alternance j'ai pu entrer dans la vie active plus sereinement grâce à un nouveau savoir faire, ainsi qu'un salaire et des apprentis pour financer mes besoins futurs.



Demander un devis
Demander un devis